30/03/2010

Le skateboard amène à voyager.



"Le skateboard est une activité mi sportive, mi artistique qui permet de ressentir d'agréables sensations […]. Le skateboard amène à voyager, à créer des liens, à devenir libre, ou encore à se briser les couilles bêtement en filmant pour une vidéo." - Introduction de la vidéo Chill, Filming Crazy.




Le skateur est un type qui rencontre de nouvelles personnes en permanence. D'autres skateurs, des agents de la maréchaussée, une mamie effrayée par la perspective de se manger une planche dans ses frêles tibias, des sans abris ou punks à chiens avec qui il cohabite sur le spot, …
Pour ma part, ce sont ces rencontres qui m'ont poussé à la photographie. Je ne suis certainement pas un cas isolé, voici quelques portfolios de skateurs :



Aurélien.






28/03/2010

Life is boring.



C'est sur cette phrase d'André que je vais vous raconter ma vie afin de présenter le travail d'un photographe.



[Aparté : si le blog n'a presque rien de neuf depuis une semaine, c'est parce qu'on est tous étudiant. En théorie les étudiants font deux trucs : ils étudient, ils sortent. Habituellement, on est plus du genre à sortir donc ça nous laisse le temps de poster des trucs, mais là on était en partiels donc c'est une autre histoire. On a essayé de se donner un air studieux.]


J'ai passé une bonne partie de la matinée de samedi à regarder des vidéos de skate. C'est agréable, ça me rappelle le lycée. J'aime le style d'Anthony Pappalardo. Ma VHS de la Transworld IE est complètement ruinée… Jason Dill skate bien, mais parfois il s'habille comme une merde et se coiffe encore pire.
Je me suis souvenu de deux choses après cette matinée.
- Mr Dibbs fait de la musique de vidéos de skate. I Hate Greg est géniale. Bamboo aussi.

C'est le travail de Mike O'Meally qui entoure mes mots. Son site n'a pas été mis à jour depuis un bout de temps, ça m'arrange parce que je voulais absolument retrouver cette photo avec le WTC à l'arrière plan du ollie de Bobby Puleo, quelques semaines avant qu'elles se fassent ratatiner par des extrémistes anti-Starbucks.



Aurélien.





26/03/2010

Chef de l'état non jour

Dans la même optique que le No Berlusconi Day qui a bien foutu la zone chez nos confrères romains le 5 décembre dernier, aura lieu demain (samedi 27 mars '10) le No Sarkozy Day. Déjà prévu comme étant un flop par un des plus fiables webmagazines du monde, la manifestation partira de la place de la République à 14h pour finir (dans le calme et la bienséance) place d'Italie.



Bien entendu, nous y serons, nous y photographierons, et nous publierons.

Antoine.

Ma chemise rouge pour mon pays.

Ce matin, j'ai reçu un texto assez génial. Celui-ci racontait :
"Venez faire la fête en donnant votre sang !"

Youhou !
J'en ai déduit que l'auteur de ce message (en fait l'EFS - Gironde) était soit plein d'humour, soit Thaïlandais (bien que les deux ne soient pas incompatibles, personne n'est parfait). Pourquoi, aujourd'hui, ce message prend-il autant de sang ? A cause de l'actualité politique Thaïlandaise (mon pays natal).

En effet, le lundi 16 mars dernier, 150.000 opposants du premier ministre actuel Abhisit Vejjajiva et donc les partisans de son prédécesseur Thaksin Shinawatra ont eu l'idée de faire couler un bain de sang devant le palais du Premier Ministre, mais ce sans un seul coup de feu, ni coup de matraque. Comment cela se fesse donc ? Chaque Chemise Rouge, principalement venus des milieux ruraux, a donné 10 centimètre cube de son sang, le tout étant collecté et réuni de de grands sceaux, jetés avec joie et ferveur sur les trottoirs de Bangkok. "Ces militants estiment avoir été privés de leur droit de vote par les élites urbaines, les royalistes et l'armée qui ont formé une alliance de raison pour évincer du pouvoir les alliés de Thaksin. Ils réclament donc la dissolution du parlement et l'organisation de nouvelles élections" nous raconte le JDD. Le leader des Chemises Rouges (Jatuporn Prompan), de préciser "Nous utilisons notre sang, pas celui des autres, il vaut mieux lutter de manière pacifique qu'avoir recours à la violence."

Ceci confirme donc deux choses :
  • Quand on n'a pas les moyens, on a les idées.
  • Les Thaïlandais sont des gens cools.



Pour plus d'informations :


Aniki




Photos : Reuters




25/03/2010

Anthony s Karen x Geoffroy de Boismenu

Cet après midi, après avoir découvert un film produit par le RPR puis les déprimantes nouvelles fonctionnalités de Photoshop CS5, j'ai découvert et aimé les travaux de deux photographes qui n'ont absolument rien à voir.


Publié par Life, apparemment bien introduit dans le milieu du nationalisme aryen nauséabond, il a survécu à un cancer et travaille avec des associations humanitaires. Rien d'anormal pour un ancien Marine. Anthony S Karen a débuté en Haïti en photographiant des rituels vaudous. Les rituels qu'il a suivi depuis sont au choix nationalistes, intégristes, racistes… Ce qu'il photographie est à gerber. Ceux qu'il photographie sont à gerber. Ses photographies sont admirables.









Dans un registre qui n'a rien à voir à part l'utilisation de matériel de prise de vue photographique, Geoffroy de Boismenu est orthographié de différentes façons selon le pays d'origine et de destination de son courrier. Photographe de mode, de porno chic, de pub et de lit, fanatique de cinéma italien et japonais, obsédé sexuel notoire et abonné à Libération, c'est un personnage un peu atypique qui aime se mettre lui même en scène dans ses images et qui a réussi à rendre esthétique le monde de la chirurgie.



Antoine.













19/03/2010

Hipstamatic, c'est bon. Mangez-en.






Bien choisir son appareil photo, c'est comme bien choisir sa maîtresse : trop ambitieux, c'est la catastrophe, pas assez ambitieux, et c'est la déception. On distingue même des catégories jumelles : les infidèles, les emmerdeuses, les passionnées, les aventurettes, les imparfaites, et, mes préférées, les bling-bling (il faut bien que la paye passe quelque part).

Surtout, ne demandez pas aux gens de ce blog avec quoi ils travaillent. Personne n'étant parfait, il y a du Canon, du Nikon (un peut trop d'ailleurs), du Pentax, du Leica, et puis aussi, du Praktica, du jetable, de l'étrange et du passablement douteux. Certains modèles ont fini aveugles, c'est pour dire.

En tant que futur lauréat du World Press (faut être ambitieux dans la vie), voilà quelques conseils. L'ergonomie, c'est très important. Mais il faut plutôt résonner en terme de feeling. La qualité d'image ? On s'en tamponne un peu, non ? La compacité ? Pareil. Trop compact et vous avez l'air d'un touriste, et trop encombrant, vous êtes bons pour Guantanamo Bay. C'est pourquoi, pour vous, j'ai sélectionné Hipstamatic.

  • 1. Parce que vous le valez bien.
  • 2. Pourquoi se faire chier à prendre des photos au Leica quand on peut le faire à l'iPhone ?

Hipstamatic, c'est un peu le nec plus ultra de la discrétion (puisque de toute façon, vous êtes cramés, même votre mémé elle a un iPhone). Pas de bruit, pas de gros objectif qui sort. Hipstmatic trois fois par semaines, ça fait maigrir, et ça fait regarder le monde d'un autre œil (côté vert dégueulasse et rouge pisseux). Hipstamatic, c'est garanti sans OGM, sans point godwin, sans lassitude. Parce qu'on ne sait jamais exactement ce qui va être cadré, parce qu'on ne sait jamais si votre maîtresse ressortira verte laitue ou verte martienne.

Hipstamatic, c'est bon.
Mangez-en.









Aniki.
[Il va sans dire que tous les exemples sont copyrightés à mon nom. Bande de petits filous.]

18/03/2010

Alexey Brodovitch


Alexey Brodovitch est né de parents russes. Il n'a pas inventé Chatroulette, mais il a été directeur artistique de Harper's Bazaar dès 1934. À cette époque, Harper's Bazaar était en concurrence directe avec Vogue (c'est toujours le cas) et l'hebdomadaire devait réagir s'il voulait continuer à vivre face au géant. C'est là que l'enfant prodigue Brodovitch intervient.
Al' a complètement réinventé la mise en page du magazine. Il a créé une réelle harmonie entre le texte et les images, laissant souvent des espaces vides, blancs, pour aérer les pages. Il utilisait différentes typographies et mises en page, donnant un aspect dynamique au plus chiant des articles. Il a fait travailler les photographes avant-gardistes de son époque : Man Ray, Henri Cartier Bresson, André Kertész ou Richard Avedon.

Alexey Brodovitch était un type bien, un photographe alcoolique de plus.


Aurélien.





10/03/2010

This is fucking shit !


Le camion est plein. Comme chaque dimanche, les bénévoles de l'Auberge des Migrants se préparent à aller distribuer des repas aux migrants.

Sur le moment je ne comprenais pas, j’observais, j’emmagasinais, incapable de tirer des conclusions. Ce n’est qu’au bar de la gare, en regardant les gens autour de moi, que j’ai compris ma plongée l’espace d’une après-midi dans un monde parallèle. Un monde avec ses lois, ses repères, ses comportements. Un monde d’hommes et d’ados qui ont traversé minimum 5 pays pour arriver à Calais. Un monde dans lequel Calais veut dire 30km. 30km du But avec un grand B, 30km de l’Angleterre, 30km de ce pays fantasmé dont ils entendent parler depuis le fin fond de l’Afghanistan, du Soudan ou du Viet Nam. Un monde d’incertitude et de peur. Je crois que le déclic vient de là ; je m’étais inconsciemment habituée à cette pression sourde, j’avais passé l’après-midi sur mes gardes sachant très bien que tout pouvait basculer en une fraction de seconde. Je me disais « pour l’instant ça va, attends la suite ». Et en voyant ces gens sereins, ces tables propres et ces vêtements assortis j’ai compris que je pouvais donner le clap de fin. Le film s’est rembobiné et j’ai commencé à halluciner.


Préparation du thé pour les migrants.


Nous étions arrivés à Calais vers 12h45, la distribution de nourriture étant à 13h. Trois associations se relaient pour nourrir les migrants :

- La Belle Étoile s’occupe de la distribution du repas le midi en semaine.

- SALAM assure le repas du soir en semaine et le week end.

- L’Auberge des Migrants gère le midi durant le week-end.

À cela on peut ajouter une association Hollandaise qui vient tous les samedi soir apporter diverses choses et notamment des cigarettes.


Patrice, bénévole de l'Auberge des Migrants, goûte la soupe qu'il a préparé pour les migrants.


Les assos ont obtenu de la mairie un lieu de distribution (ouvert de 13h à 15h le midi et de 18 à 20h le soir tous les jours) : c’est une espèce de grande place goudronnée et grillagée. Deux préfabriqués trônent là et servent de locaux à SALAM et La Belle Étoile. L’Auberge des Migrants n’en a pas et la distribution se fait donc à partir du camion. Malgré le soleil, il fait très froid et un vent glacial tourbillonne. Et quand je dis glacial je pèse mes mots. On s’est pas mal baladé dans Calais et je n’ai jamais eu aussi froid qu’à cet endroit. Je fais la réflexion à un bénévole en lui disant que j’ai vraiment hâte de retourner dans la voiture et il me répond « t’imagines que pour eux après c’est la rue ». J’avoue. 1 point pour les migrants. De chaque coté des prefa il y a des sortes de auvents qui, je crois, sont sensés protéger de la pluie, mais bon on a rarement vu la pluie tomber droite et sans aucun vent.


Les afghans sont les premiers arrivés, au taquet. Ils sont sympas disent « Bonjour, ça va ? » à tout le monde et appellent les femmes de plus de 50 ans « Momie ». Deux petites tables sont installées : l’une avec les sachets repas et la soupe au poulet, l’autre avec le thé. Je me pose à coté du thé et regarde les 100 mecs défiler. Certains viennent avec leurs couvertures, je remarque leurs mains : violettes et gonflées. Les échanges sont toujours les mêmes :

- « Bonjour Momie ça va ? Shoï Momie shoï »

- « Yes shoï, keep your glass please »

- « Yes Momie, merci Momie »

Shoï ça veut dire Thé dans beaucoup de langues et notamment en Patchou, un dialecte afghan qu’ils parlent pour la majorité. De temps en temps il y a des nouveautés :

- « Momie, look, my pant »

- « Yes, I know, I have an other one for you in the car, I’ll give you after »

- « Momie my pant it’s broken »

- « Yes, go to eat, I’ll give you after »


Il y en a quelques uns qui n’ont plus de bonnet, de gants ou de chaussettes. Elle promet à tous de leur en apporter after. Les assos viennent toujours avec des vêtements de base à distribuer. De temps en temps, quand elles ont récupéré assez d’habits, des vestiaires sont organisés avec des parkas, pulls, pantalons, chaussures… Une autre association organise également un vestiaire un samedi sur deux. D’ailleurs, j’ai appris un truc marrant : les migrants n’aiment pas trop le tricoté ni les fringues trop vieilles. Ils veulent des trucs basiques, à la mode, pour passer inaperçus en ville. Le mec du pantalon récupère un jean, il est content.

En voyant ça, je me sens complètement conne, avant de venir je me disais qu’il devait y avoir des problèmes de vols ou d’agressions. Mais à la réflexion ; après avoir traversé toute l’Europe, t’être caché dans des camions réfrigérés, avoir pris la mer alors que tu sais pas nager, à 30km DU BUT alors que t’es nourri et vêtis, je ne sais pas quel mec sur Terre serait assez débile pour risquer de se faire choper par les flics en piquant une pomme ou en sautant sur quelqu’un. Ils passent déjà leur temps à les fuir, ce n’est pas pour se jeter dans la gueule du loup aussi facilement.

Ils s’organisent. Certains gamins viennent chercher du sel au camion et font la distrib’, d’autres ravitaillent leurs copains en thé. On a ainsi eu droit à deux ou trois blagues marrantes :

- « Momie shai please shai »

- « But where is your glass ? »

- « Aaaa sorry, it’s still in Afghanistan »

- ou variante « it’s in England »


Distribution de thé par les bénévoles.


Les afghans sont hyper agités et courent partout, ils jouent au foot, enfin plutôt à une sorte de chandelle. Le but est de lancer le ballon le plus haut possible puis de le rattraper. Ce qui arrive rarement. Je manque de me prendre un ballon dans la tête deux, trois fois et ce jeu augmente mon niveau de stress d’un cran.

J’essaie d’imaginer le nombre de kilomètres qu’ils ont dû avaler, de retracer toutes les étapes, d’imaginer comment ils étaient avant. J’essaie d’enlever les traces de tension de leur visage. J’aimerais tellement pouvoir mettre une camera dans leurs yeux, et voir tout ce qu’ils ont vu. Les histoires sont toutes les mêmes. Fuir les talibans. Ils sont majoritairement ados, de 10 à 20 ans. Les parents s’endettent auprès de tous leurs voisins et les poussent dehors. C’est ça ou le recrutement dans l’armée des taliban AKA mort rapide assurée (les enfants sont plus faciles à endoctriner que les adultes et servent de kamikazes. Et si vous ne me croyez pas checkez La Croix) Je ne m’étais jamais fait la remarque mais les migrants afghans sont donc clairement anti-talibans.

H. raconte que dans son village il y avait « une rue » avec d’un coté les talibans et de l’autre les américains. Les deux camps échangeaient régulièrement des tirs puis un jour une balle perdue et « My sister kapputt ». Le soir même, ses parents les ont mis sur la route de Calais, son frère de 12 ans et lui 14 ans. Les routes sont toutes les mêmes, un peu comme tous les chemins mènent à Rome, tous les passeurs mènent à Calais. D’abord direction l’Iran, passage de la frontière dans la neige (à pied ou à cheval pour les plus pauvres NDLR). Puis la Turquie où son petit frère se fait choper par les douaniers : retour à la case départ pour lui, H. continue tout seul. Il traverse rapidement pour atteindre, à l’ouest, la Méditerranée. À 7 kilomètres seulement des côtes turques il y a une île grecque. Les gamins embarquent à 24 sur 2 bateaux gonflables et prient très fort. C’est une des épreuves les plus difficiles car ils risquent :

1. De tomber à l’eau : c’est fini.

b. il y a une petite variante à cette alternative : un de tes amis/compagnons tombe à l’eau et se noie sous tes yeux.

2. De dériver et de se perdre en mer.

a. être repechés par les gardes côtes : retour à la case départ.

b. tempête/ rocher/ bateau/ déshydratation : c’est fini.

3. d’arriver sur l’île.

a. pas au bon endroit, pas au bon moment : c’est fini.

b. accueillis par des douaniers pas sympas : retour à la case départ.

c. accueilli par des douaniers sympas : camp de rétention, libération.

d. au bon endroit, au bon moment. Ils peuvent aller directement aux ferrys.

H. a eu de la chance il est tombé sur l’option 1. + 3.c. Après 15 jours en camp de rétention il est libéré et embarque dans un camion sur un ferry. Italy - France - Nice - Calais. Calais - camion - UK. End of the story.


La température extérieure flirte avec les 0°C et le vent souffle très fort. Un afghan se réchauffe les mains contre le thé.


D’autres, africains, arrivent et s’installent avec nous. Les afghans courent toujours, quelques bénévoles commencent un foot avec eux. Il y en a un qui vient me parler, il veut que j’aille voir ses potes. Je suis assez mal à l’aise. Pour l’instant nos échanges se sont résumés à des, finalement universels, « Mademoiselle-Mademoiselle, Bonjour Mademoiselle. », des mains serrées et des regards mi-matteurs mi-gênés pour eux comme pour moi. Je n’ai aucune idée du rapport qu’ils ont aux femmes de 20 ans. En Afghanistan il y a deux catégories : leurs petites sœurs, enfants, et les plus grandes, voilées. Puis il y a les autres, celles qu’ils découvrent petit à petit avec l’Europe. Je prends le temps deux minutes, de tirer la métaphore et d’envisager cette traversée comme un voyage initiatique, une étape leur donnerait les clefs culturelles de leur installation en Angleterre. Un enseignement par la pratique de « c’est quoi l’Europe ». Je me dis qu’ils doivent être sacrement perdus en ayant côtoyé autant de cultures en si peu de temps. J’ai envie de leur demander. Mais pour ça encore faudrait-il que je leurs parle. Je commence à partir dans mes délires et note un autre truc qui me dérange profondément : on soupçonne des histoires d’agressions sexuelles et pédophilie. On a aucune preuve mais, de tout temps, dans toutes les civilisations, on a vérifié l’équation : milieu exclusivement masculin + promiscuité + longue durée = sexe. Je crois que c’est ce qui me dégoûte le plus dans cette histoire : ces gamins n’ont rien, que dalle, on leur a tout pris. Ils n’ont pas de statut, ils n’ont pas de papiers, ils n’ont pas de pays, ils n’ont pas de parents, et il faut en plus que l’on touche à leur cul pour leur prendre le dernier truc qu’ils auraient pu avoir. Le ballon s’écrase une nouvelle fois près de moi, et les gamins rigolent en criant « Again, again » alors que je tente de les calmer. Je croise le regard d’un africain qui observe la scène, dépité, après un soupir il me lâche « This is fucking shit ».

Yes. This is fucking shit.


Texte : Laurie Pandora

Photos : Aurélien Bacquet

09/03/2010

Les américains aiment chanter des chansons qui parlent de fromage.


Il y a des choses connues pour entraîner des dérives de la part des hommes. Parmi elles, on citera l'alcool, les drogues, et les filles. Qui n'a jamais été ivre, roulant à contresens sur une autoroute ? Qui n'a jamais fait une bonne vieille overdose de mescaline ou violé une fillette dans une ruelle sombre le long de la chapelle Sixtine ?
Certains pays sont plus doués que d'autres pour générer ce genre de trucs. Si on était encore en période de Guerre Froide, nos potes cow-boys des Etats-Unis d'Amérique jalouseraient les méchants bolcheviques.

Petit rappel historique : les citoyens russes et états-uniens ont vécu, chacun de leur côté, une sombre période nommée la prohibition (ou сухой закон pour les communistes) durant laquelle il était interdit de vendre de l'alcool. Chez les russes, la сухой закон a duré 3 ans de moins que chez les 'ricains. Ca fait un point pour les buveurs de vodka.
Les USA se font devancer dans plusieurs disciplines :
- Alors que le gouvernement américain tente de faire la guerre aux narco-traficants qui détruisent la santé mentale des électeurs; à Moscou, l'alcool ayant déjà ravagé pas mal de neurones, ça ne pose aucun problème de rajouter quelques grammes de cocaïne pour parfaire le cocktail.
- Les filles de l'est ont fait leurs preuves.
- Les Russes font d'excellentes vodka, et se branlent complètement de boire du Jack Daniel's. L'inverse n'est pas vrai.
- On s'en branle de la conquête de l'Espace, le Web est plus grand et il a le vent en poupe. Dernièrement Andrey Ternovskiy a créé le plus grand réseau actuel de masturbation en ligne. Ca s'appelle Chatroulette.
Le coup de la branlette en ligne c'était certainement pas son idée, mais disons qu'Andrey est victime de son succès et de la liberté offerte par son site.



Térence et Thibaut passent des nuits sur Chatroulette. Ils m'ont donné quelques conseils et parlé de leurs rencontres.

L'interview est disponible en cliquant ici.


Aurélien.

"Une des choses les plus diaboliques que j'ai pu lire..."


J’étais tranquillement en train d’effectuer une recherche sur Internet quand de liens en liens je suis tombé sur cet article : Affaire Coupat : « L’insurrection qui vient » affole les Américains. Tout d’abord intrigué par ce titre, je décide d’aller lire l’article, une question en tête : en quoi ce bouquin anonyme attribué à Julien Coupat peut-il bien affoler la patrie du libéralisme?

Mais avant toute chose, petit retour historique : Julien Coupat, pour ceux qui ne se souviennent pas, est cet horrible terroriste anarcho-autonome qui voulait renverser la société en perturbant le trafic des TGV. Le 11 novembre 2008, une vingtaine de personnes sont arrêtées dans une ferme près de Tarnac (Corrèze), neuf d’entre elles seront mises en examens pour actes de terrorisme car soupçonnées d’avoir participé aux sabotages des lignes TGV survenus quelques jours plus tôt. Au terme d’une opération de police digne d’un film hollywoodien et d’une enquête Kafkaïenne les seules preuves rassemblées contre les désignés coupables furent : leur présence à proximité des lieux de sabotage, de la littérature insurrectionnelle, révolutionnaire et anarchiste et surtout du matériel de terrorisme, à savoir : une échelle… Après une phase d’emballement judiciaire et médiatique, l’affaire s’est vite dégonflé comme un ballon de baudruche tournant en ridicule l’antiterrorisme, la justice et la ministre de l’intérieur Michèle Alliot Marie, ce qui pourrait prêter à sourire si Julien Coupat n’avait pas passé 7 mois en prison faisant les frais de la toute récente paranoïa du ministère de l’intérieur concernant les groupes anarchistes autonomes. Et pourtant dès le 10 novembre, soit la veille des arrestations, un groupe d’écologistes radicaux allemand avait revendiqué les sabotages.

Que raconte ce livre ? En (très) bref : il part du constat d’absurdité et de déliquescence de la société de consommation, du système politique et de l’économie capitaliste, et lance un appel à la révolte, donnant les raisons autant que les moyens d’une révolte destinée à inverser la vapeur et à faire émerger une société basée sur l’autogestion. En France ce livre ne fit pas de vagues, faisant partie d’une littérature politique d’extrême gauche à la diffusion confidentielle, et n’étant que l’expression d’une frange du paysage politique. Par contre aux USA où une traduction va bientôt paraître, il a retenu l’attention d’un chroniqueur ultraconservateur de Fox news : Glenn Beck. Bien connu des Américains pour ses harangues fustigeant le gouvernement Obama, la gauche, les athées et d’une façon générale tout ce qui ne semble pas ressembler à un American Dad. Que cet homme qui déclare rêver de tuer Mickael Moore, ou traite de « sac à merde » le père d’un GI décapité en Irak (qui avait critiqué le gouvernement Bush) se soit fait un gros flip en voyant de la littérature anar en vente libre à Washington DC, n’a rien de surprenant, mais c’est le ton employé, caractéristique de certains médias aux état unis qui m’a le plus interpellé. Je vous invite à regarder la vidéo (traduite pour les non bilingues ou ceux qui auraient pris Allemand première langue).

Sur fond d’images des émeutes de 2005 Glenn Beck nous sort un prêche sur les horribles gauchistes qui veulent détruire la société en prenant les armes, une nouvelle forme de terrorisme qu’il faudrait éradiquer avant qu’elle ne prennent de l’ampleur. Et si on l’écoute, le monde serait mis à feu et à sang par de dangereux révolutionnaires (même les Japonais manifestent : « il ne font pas ça d’habitude !») et seul les USA semble y échapper, mais plus pour longtemps. En opposant ce livre (qu’il n’a pourtant pas lu) au sien qu’il agite comme une bible à tout bout de champ, il définit les rôles de chacun dans son petit théâtre : une gauche créatrice de troubles face à ses amis conservateurs « bienveillants » pour le pays. En mélangeant contestation sociale, émeutes des banlieues et théories révolutionnaires, Glenn Beck déterre le vieux spectre du bolchevique le couteau entre les dents pour faire trembler l’Américain moyen sur fond de menace terroriste. En bref une nouvelle mise en scène démagogique du terrorisme au but politique à peine voilé.

À suivre quelques photos prises lors d’une manifestation de soutient aux inculpés de Tarnac, ayant eu lieu à Paris en Janvier 2009.




Seules violences à déplorer lors de ce rassemblement de révolutionnaires en puissance : quelques tirs de feux d’artifice (sûrement achetés chez Tati) sur les forces de l’ordre. Apparemment le grand soir n’était pas au programme, n’en déplaise à Glenn Beck. Mais dès qu’il aura fini de lire « the coming insurrection », je lui conseille de prêcher pour une vigoureuse campagne de bombardement de tous les magasins Tati, car c’est là que semblent se fournir ces terroristes.

Adrien

(Photos: Copyright Adrien Labit)



04/03/2010

Jessica Dimmock



Dans son livre Junky, William S. Burroughs raconte son expérience de l'héroïne, l'expérience d'une vie entière.

Papi Burroughs s'appellait déjà William Seward Burroughs, notre Willy junky est donc le 2nd William Seward Burroughs de sa famille. En 1947, il a affublé son fils du même nom. "Jamais deux sans trois" comme disent certains piliers de bar. Le Junky n'en est pas moins unique.

La vie de William S. Burroughs fut quelque peu mouvementée. La base est la même que pour un individu lambda. Il est né, il est mort. Entre ces deux dates buttoirs, Willy a fait plein de choses improbables.
Une fois où il avait consommé un peu trop de trucs qui altèrent la conscience et mettent dans un état second, il s'est pris pour un Guillaume Tell des temps modernes (un flingue à la place de l'arc) avec Joan, sa femme. Elle a perdu.
Ils étaient au Mexique. Elle n'a pas choisi d'y rester, il a choisi la fuite et la came.


L'un est romancier, l'autre photographe.
Si William S. Burroughs aborde le thème de la drogue grâce à sa prose et ce qu'il a vécu, Jessica Dimmock documente la vie d'accros à l'héro' cloitrés dans un appartement new yorkais.


La vidéo de the Ninth Floor.
www.jessicadimmockphotography.com


Aurélien.