14/10/2010

Sarkozy en slip en Roumanie.


13h, je me réveille. Il fait déjà froid dehors. Jusqu'ici, le semblant d'été indien me confortait dans l'idée "c'est l'été, je travaille pas". Il va maintenant falloir que je me trouve un boulot, parce qu'être chômeur c'est peut être drôle, mais ça paye pas très bien.
Dans ma tête tout va très vite. 'Il faut que je trouve du boulot', 'Je vais aller laver des chaussettes', 'Putain c'est quand la retraite ?', 'J'ai faim'.
Cinq minutes plus tard, me voilà sur Flickr à regarder les photos de la dernière manifestation contre la réforme des retraites.
Vu les dernières images, ça a l'air chaud d'être un jeune retraité.



Aurélien.






02/10/2010

Bike messengers are on crack

Lucas Brunelle est dirigeant d'une entreprise d'ingénierie informatique à Boston (Massachusetts). Si il va au boulot, il le fait probablement à bicyclette en s'accrochant à des taxis. Sinon il filme les plus prestigieuses courses de vélo illégales (et inversement) dans la circulation de grandes villes comme Londres, Stockholm ou San Francisco. Entretemps il prend quelques photos de ses potes cyclistes ou de mariés qui ont l'air bien con dans leur canapé roulant.

Ah et puis le Bicycle Film Festival se déplace de ville en ville (pour Paris c'est début novembre) et Lucas Brunelle a présenté son dernier flim au BFF New York, si quelqu'un veut m'offrir un DVD...


Antoine.













30/09/2010

Peter Sutherland


Il existe deux Peter Sutherland sur Google, et on en recense un peu plus de 200 sur Facebook. Sur ces deux types plus importants que les autres selon le moteur de recherche californien, l'un est un politicien irlandais, président de Goldman Sachs et BP, ainsi que quelques autres trucs un tantinet lucratifs; le second est un mec plein de cheveux et portant une barbe qui pourrait rendre jaloux n'importe quel sympathisant d'Al-Qaida au Maghreb Islamique. Bien entendu, c'est le barbu qui est l'auteur de ces photos.

Sur son site, Peter nous raconte où il a grandi. Il parle aussi de ses chats et d'une histoire d'éclipse.



Aurélien.





06/07/2010

Irwin Barbé

Vice dit qu'il fait partie de la troisième génération de clones de Ryan Mc Ginley, la comparaison est flatteuse. Irwin Barbé est un teenager qui photographie ses amis et qui le fait bien.
Je lui ai demandé de sélectionner quelques photos et de les expliquer, les voici :


Aurélien.

Le jour de l'an à Barcelone, après une nuit blanche. Avant l'aube, on avait quand même un peu dormi à l'intérieur d'une sculpture dans la rue qui avait la forme d'un cocon. Quand le jour s'est levé on a erré dans la ville, on a pris des photos de skaters qui faisaient encore la fête à dix heures du matin, et on a trouvé un parc de jeux pour enfant. Je prenais des photos au hasard, défoncé par le manque de sommeil. Le reste de la journée est un black-out, je me souviens juste avoir dormi dans un Starbucks et sur des bancs.

Là c'est Simon dans un marché désert de la banlieue de Varsovie. On est arrivé en Pologne le jour où le président et une bonne partie du gouvernement sont morts dans le crash d'avion. L'ambiance étaient plutôt glauque. Le centre de la ville surtout était insupportable, plein de bons croyants qui attendaient des heures pour se recueillir devant le cercueil des morts. Alors on a décidé de se casser en périphérie. On a joué à chat-perché sur les fondations du stade de foot en construction, on a couru dans des poubelles, et on a pris le tramway pendant des heures. Tout était gris.

C'est une photo de mon frère qui date de l'an dernier. On était censé aller à nos entraînements de judo le vendredi soir, mais à partir du début de l'été on s'est dit qu'on préférait sécher et aller faire du skate dans la ville. Il faisait super chaud, on écoutait Air France dans la voiture après nos sessions, transpirants. Ensuite on revenait chez nous, on disait rien à nos parents et dans la nuit on grimpait sur le toit de notre maison où on fumait des clopes avec notre petite soeur.

Ce bouquet de rose était juste devant une boîte de nuit à Biscarrosse, dans les Landes. Un mec s'était fait tuer au couteau dans une baston l'été précédent, et en hiver les fleurs étaient toujours là, à moitié enterrées sous le sable.

L'intérieur d'un hôpital psychiatrique dans le Var. J'accompagnais mon père qui rendait visite à son frère alcoolique, lequel avait failli crever la semaine précédente à force de se niquer à la bière forte. Je me suis promené et au bout d'un couloir, il y avait la lumière du soleil qui rentrait par une fenêtre et faisait des reflets surréels. Ça paraissait d'autant plus étrange dans cet endroit qui puait les psychotropes et où tous les patients étaient des dépressifs en bout de course.

Je m'endormais avec une copine dans le salon d'un appart où on avait fait la fête toute la nuit. Il y avait des gens qui dormaient un peu partout. Un bruit m'a tiré de mon sommeil éthylique. C'était une autre fille qui se douchait. En fait elle se douchait pas vraiment : elle avait fermé les portes de la douche et l'avait remplie de flotte pour pouvoir y prendre une sorte de bain. Ensuite elle est sortie fumer sur le balcon, encore mouillée de sa douche/bain. Le soleil commençait à se lever. Je me suis dit que c'était assez beau.



13/06/2010

Il y’a quelque chose de pourri au pays du pinard



Cent-trente-cinq, en pointe de l'actu... du mois dernier!
Le présent article dort dans mes cartons depuis au moins un bon mois... Pour des raisons indépendantes de ma volonté (oui les étudiants sont des branleurs, sauf un mois par an, pas de bol c'était celui-là) je n'ai tout simplement pas eu le temps de la poster avant. Mais rassurez vous, après une courte période de coma éthylique post-exams, 135 va revenir pour sa saison d'été, et laissez moi vous dire que ça va envoyer du lourd! Au programme: du sang, des larmes et du cul, à vous en faire oublier la réforme des retraites et le feuilleton de l'été. En attendant les festivités à venir je vous souhaite une bonne lecture. Quand ce ne sont pas les cités parisiennes, la crise grecque ou les volcans islandais qui font trembler la France, ce sont ses jeunes. « Une mode inquiétante » (Jean Pierre Pernaut, Claire Chazal...) s’est emparée de notre belle jeunesse. Qu’elle est elle cette mode ? Il s’agit de jeunes qui par l’intermédiaire du réseau social Facebook organisent de grands rassemblements à but festif dans les centres villes. Enfin, « organisent » le terme est un peu exagéré, disons plutôt que quelqu’un ou qu’un groupe de personnes crée un « événement Facebook » c'est-à-dire crée une page invitant les gens à se rassembler tel jour à tel endroit pour un apéro qui se veut géant. Géant car tout le monde y est invité, le but est d’être très nombreux. Il fait tourner l’info à ses amis qui le font tourner aux leurs et finalement le jour venu l’événement peut rassembler plusieurs milliers de personnes (9000 personnes à Nantes). Vous en avez forcement entendus parler, car depuis quelques semaines, cette « mode » fait les choux gras de nos médias qui de commentaires indignés en reportages sur le terrain viennent de lancer une nouvelle saison de : La jeunesse française est perdue, mon dieu, mais qu’est ce qu’ils ont dans le crâne ces jeunes à la fin !? Quand ce n’est pas la perfide Albion qui exporte le Bitch Drinking pour dépraver les Ados, c’est quelques irresponsables qui par le subversif internet les poussent à la débauche. Mais jusque là, malgré le tapage médiatique autour de ce phénomène, il fallait bien reconnaître que ça sonnait un peu creux comme info. Les discours indignés des journalistes et les interdictions prononcées par les pouvoirs publics ne paraissaient pas trop en adéquation avec l’image « bon enfants » qui ressortait des différentes manifestations ayant eu lieu. Mais depuis le 13 mai ils ont le cadavre d’un jeune homme à exhiber sur la place publique ! Cette pratique irresponsable à dérapé, les pouvoirs publics nous l’avaient prédit et les médias avaient eu raison de s’alarmer. Les discours entendus avaient déjà de quoi faire peur, mais maintenant les derniers irréductibles ne peuvent que reconnaître que tout ce cirque était justifié. Parents de France tremblez, vos chères têtes blondes se livrent à la débauche sur la voie publique.

Déconstructuction d’un discours stéréotypé :

Ces événements posent de gros problèmes de santé publique, car les jeunes se soulent jusqu’à la déraison, pour preuve : on dénombre plusieurs dizaines d’évacuations sanitaires pour coma éthylique lors de l’apéro tragique de Nantes. Ces apéros exposent donc la jeunesse aux ravages de l’alcool. Seigneur dieu ! Les jeunes se bourrent la gueule au pays du pinard ? S’il est certain que l’alcool est une vraie drogue dure qui fait de réels ravage (40000 morts par an), j’ai peine à croire que ce soit ce type de pratiques qui mènent le plus surement dans la dépendance. Dans un pays où selon les standards en vigueur (3 verres par jour) la moitié de la population est alcoolique, un tel argument peut prêter à sourire. Mais au pays du picon bière, ne sont alcooliques que les autres, Mimille peut finir tranquillement son quatrième pastis ce n’est pas le ministère de la santé qui va venir ébranler le zinc de son rade favori.
Le seul vrai risque sanitaire que courent ces jeunes c’est de se blesser ou de se tuer en adoptant des comportements à risques : c'est-à-dire faire n’importe quoi de dangereux sans mesurer que l’on ne tient même plus sur ses jambes. Mais pourtant pas besoin d’apéro géant pour qu’un type se blesse ou se tue en tombant d’une passerelle ou en se plantant dans un platane en bagnole, on peut très bien faire ça tout seul comme des grands ! La seule vraie solution à ce problème ne passe pas par l’interdiction des apéros géants, mais par la responsabilisation du public : ne prenez pas la bagnole quand vous êtes soul, et surtout faites attention aux gens autour de vous il se peut qu’ils se mettent en danger. Surveillez vos amis et vous même, et si vous êtes vraiment sympa les gens que vous ne connaissez pas, et on évitera alors pas mal de tragédies.
Le vrai problème serait donc plutôt sociétal, la société ne supporterait tout simplement pas de voir sa jeunesse se déglinguer. Empêcher les jeunes de se rendre à des apéros géants, c’est les protéger de leurs tendances autodestructrices dues à leur immaturité flagrante. On cherche avant tout à les protéger d’eux même, que c’est louable ! Pourtant quand elle fait ça chez elle, cette jeunesse immature, ça ne gène personne. Ni plus ni moins que quand elle le fait dans les boîtes de nuit, où pour 80 euros la bouteille d’alcool frelaté elle peut tituber jusqu’à plus soif pourvu qu’elle rentre en taxi. Ni même dans la plupart des festivals de l’été, des concerts, des fêtes foraines, des carnavals, des fêtes de villages ou des férias… Où pour la peine on peut être ivre de 7 à 77 ans sans que cela ne devienne une affaire d’état.
La différence se situe au niveau du fait que ces rassemblements provoquent de nombreux troubles de l’ordre public, en témoigne les dizaines de gardes à vus lors de l’apéro à Nantes. Effectivement tout rassemblement de personnes bourrés peut créer des troubles, à plus forte raison si l’on met des agents de police pour les surveiller. Quand on va à la recherche du délit, on le trouve plus vite que si on attend qu’il soit commis, et depuis que les forces de l’ordre ont pour mission de faire du chiffre la gamme des délits provoquant une garde à vue s’est même élargie : ce qui vous aurez conduit en dégrisement il y’a quelques années, vous mène tout droit au gnouf aujourd’hui. Quarante GàV pour 9000 personnes c’est quand même peu, surtout au vu de l’important dispositif policier mobilisé pour l’événement. On peut alors se poser une question : est ce de la tolérance de la part des forces de l’ordre ou bien n’y avait il que si peu de choses à sanctionner ? Surtout que 9000 personne bourrées ça en fait du bordel ! A-t-on déjà vu une commune prendre un arrêté anti-match de foot, pourtant ça en fait aussi du bordel un PSG/OM !
Mais qu’est ce qui pose problème à la fin ? La rue est un espace public et rien n’interdit aux personnes de se rassembler dans cet espace. Le fond du problème tient surtout au fait que ces rassemblements sont spontanés et ne passent pas par le cadre légal des autorisations et du contrôle des manifestations mis en place par les pouvoirs publics, dont de toute façon ils n’obtiendraient jamais les autorisations. L’état voit d’un très mauvais œil que des gens se rassemblent pour faire la fête sans lui demander son assentiment, il a aussi peur des rassemblements spontanés à but politique mais contre ceux là il dispose déjà d’un arsenal légal bien étoffé. Contre les apéros géants il se trouve limité : il ne peut pas interdire au gens de picoler, ni de faire la fête, ni même d’être dans la rue, pourtant il faut quand même sauvegarder l’ordre et la morale, que la place publique reste propre, et surtout que la population ne s’habitue pas à des pratiques (pour l’instant marginales) hors des cadres définis par la loi. Le vrai problème pour l’état est son absence de contrôle sur ces événements.
Les apéros géants ne furent pas les premiers événements à avoir été réprimés pour cette simple raison : les rave-party au début des années 1990, puis les free-party fin 1990 début 2000, ou encore la plupart des soirées étudiantes un peu importantes s’organisant dans les centres villes. Le mode opératoire est toujours le même : en premier lieu une stigmatisation médiatique : « phénomène inquiétant », consommation d’alcool et de drogues, troubles à l’ordre public… On désigne des coupables imaginaires, autrefois c’était la techno, cette « musique de défonce » aujourd’hui c’est Facebook présenté comme un des nouveaux périls d’internet au côté des pédophiles, des sectes et des terroristes. Au final la seule chose que l’on fait c’est présenter aux parents le comportement de leurs enfants comme quelque chose d’aberrant, on creuse ainsi le fossé entre les générations sans même chercher à expliquer ou à comprendre. Après cela l’opinion publique est prête pour la suite. On commence par interdire ponctuellement (arrêtés municipaux ou préfectoraux, pressions sur les organisateurs…), voir par réprimer, toujours ponctuellement, cela dépendant essentiellement des pouvoirs locaux (préfectures et mairies). Par exemple les soirées étudiantes de la rue de la soif à Rennes qui furent tolérées pendant longtemps et peuvent s’apparenter à des apéros géants avant l’heure commencèrent à être réprimés sérieusement avec la croisade d’une nouvelle préfète (Bernadette Malgorne) qui envoya les canons à eau vider les étudiants du centre ville. Et si le problème persiste, on commence alors à légiférer au niveau national. Il y’a fort à parier que si ce phénomène des apéros géants prend de l’ampleur, surtout si il devient sauvage en réponse aux interdictions, qu’une loi donnant des moyens de répression adaptés sera votée. La LSQ votée en 2001 pour mettre un terme au mouvement des free-party en sanctionnant de prison, de saisie de matériel et d’amende les organisateurs d’événement festifs et musicaux rassemblant plus de 500 personnes sans autorisation préfectorale n’est pas adaptée à ce type d’événement. En cause l’anonymat des organisateurs, pour un peu qu’on puisse parler d’organisateur, car diffuser une annonce appelant les gens à se retrouver n’est pas organiser un événement. Et finalement quand le phénomène a du plomb dans l’aile on autorise au compte goutte tout en encadrant. Verra-t-on apparaitre dans quelques temps des apéros géants autorisés dans des espaces loin des centres villes mis à disposition par les mairies ou les préfectures ? Et pourquoi pas sponsorisé par Red-bull et Kronenbourg ? L’état montre ainsi son ouverture d’esprit devant les caméras, file un bout d’os à ronger aux mécontents, et continue à réprimer dans l’indifférence la plus totale tout rassemblement sortant des cadres qu’il a lui-même fixé. Ce qui faisait l’intérêt de ces apéros a alors disparu, les fêtes ne sont plus vraiment libre (attention libre, pas libertaire, aucune connotation politique dans ce phénomène) ni spontanées, ni vraiment conviviales, il ne reste plus que la gnole dans une espèce de fête de la bière version djeunss. Et tout est rentré dans l’ordre au pays du pinard ! Mais peut-être que si l’on organisait des apéros géant à base de Beaujolais et de camembert on pourrait entendre Jean-Pierre Pernod dire au JT de 13h : « Sympathique initiative d’un groupe de jeunes sur internet, ils organisent de grands rassemblements pour profiter ensemble des merveilles de nos terroirs. Entre modernité et tradition, à la rencontre de cette jeunesse française qui défend notre patrimoine, un reportage de Marie Hélène De Moncul sur la Commode et François-Henri Duchemolle » Une initiative à lancer au pays du pinard, autant que cet appel :

« Tous bourrés à 9 heures Soutien aux viticulteurs »






Adrien

11/06/2010

On est tous au chômage.


L'école est finie. On est tous au chômage et on va fêter ça ce soir. Joignez vous à nous au 5 rue René Robin à Ivry/Seine. On a une grille et des braises, ramenez des saucisses et du rosé, c'est l'été !

135.

24/05/2010

Paris - Gaza.


Dans une semaine on ira poser nos culs sur les tabourets du lycée Renoir pour essayer d'en sortir avec un BTS Photo dans la poche. C'est pas gagné pour tout le monde. Pour le moment on révise, fait des barbecues, termine les rapports de stage, et profite du soleil.
Il fait 26 degrés chez moi. Quelqu'un a un ventilateur ?

Comme les révisions s'accompagnent toujours de procrastination, voici un lien qui m'a un peu occupé ce matin.

Vidéos de Alexis Monchovet et Stéphane Marchetti.


Aurélien.


13/05/2010

Ari Marcopoulos x NRDC


Aujourd'hui c'est férié, on se met cher la veille, dort jusque midi et passe un bon bout de temps à ne rien branler avant de se dire qu'il faudrait quand même faire la vaisselle, nettoyer la salle de bain, laver des trucs, etc. Avant de faire tout ça j'ai googlisé Ari Marcopoulos et je suis tombé sur un truc du NRDC. C'est une vidéo réalisée par Ari Marcopoulos où des surfeurs racontent qu'il faudrait créer des parcs nationaux type Yellowstone dans les océans. Le film n'est pas naze mais je préfère de loin ses photos.



Aurélien.






12/05/2010

Vodka Red Bull.


Il y a quelques années Florian a quitté son Pas de Calais natal pour venir vivre à Bangkok. On échange quelques mots, quelques liens de temps à autre sur des sujets variés. Voici un exemple.
Florian est dessinateur de presse : un peu de blabla sur son travail.

Les photos sont des souvenirs de mes vacances avec un Mju 2 dans la poche. Ca se passe entre Paris et Arras, et un peu dans un truc militaire.


Aurélien.


Florian :
- Je suis super en retard au niveau de la mode et des nouveautés en France, maintenant j'suis totalement largué.

135 :
- La mode c'est les marinières. Comment tu vis la guerre civile des chemises rouges ?

Florian :
- Je leur dis "ta gueule", ils comprennent pas et rigolent. Ils sont dans la rue tout content. Ils me saoulent. J'mets une heure pour aller à l'université, à cause d'eux c'est le double.

135 :
- C'est quoi leur problème exactement ?

Florian :
- La corruption et le gouvernement. Ici les politiciens sont de vrais gangsters !

135 :
- Ils dealent du crack à l'Assemblée ?

Florian :
- Nan. Mais des putes oui.

135 :
- Y'a pas d'Assemblée ?

Florian :
- Si si, mais ils dorment tous. Ils sont trop vieux pour tenir les séances.

135 :
- Comment ils font pour que leurs putes soient rentables ? Les trottoirs doivent être blindés.

Florian :
- L'armée tire sur les gens comme dans un jeu vidéo. Haha ils déchirent, ils font des promotions : une pipe + une bière gratuite, des trucs dans le genre.

135 :
- C'est pour que les gens consomment de la Singha !

Florian :
- Et de la Red Bull ! J'ai failli avoir une crise cardiaque la dernière fois. C'est de la vrai merde la Red Bull. Ils la vendent pure ici.

135 :
- Pure ? C'est même pas mélangé à de l'héroïne ?

Florian :
- La Red Bull n'est pas mélangée avec du soda. La recette vient de Thaïlande, les gens boivent ça pour ne pas dormir. Pour ceux qui travaillent la nuit, ou tout le temps.
Y'en a beaucoup qui meurent à cause de ça ici. Je pense que ça arrivera en France aussi. C'est super dangereux, surtout dans un mélange tabac + stress ou nervosité.

135 :
- Vodka Red Bull ?

Florian :
- Haha j'adore !

10/05/2010

La zone verte

«Quand j’étais “embed” (embarqué, ndlr) dans l’armée américaine en Irak, je mangeais, dormais, vivais avec trois soldats, se souvient Michael Kamber. L’un est mort au combat, le deuxième s’est suicidé, le troisième a été blessé et rapatrié».

Antoine.









24/04/2010

Wolfmother x Kevin Van Aelst

Si vous regardez la télé italienne, vous avez sûrement dû voir ce spot publicitaire. Si vous l'avez vu, vous connaissez assurément Wolfmother. Dans le cas (fort décevant) où vous ne suivriez pas quotidiennement Rai Tre, Wolfmother est un groupe de rock qui en gros a fait copuler Pink Floyd et Deep Purple. Une sorte de flamant violet, et Australien. Il faut écouter leur musique, et tout télécharger pour pouvoir en faire profiter tout le monde.




De son côté, Kevin Van Aelst fait des photographies de grande qualité avec le genre d'idées qui te fait dire après les avoir vues : "Putain, comment j'aurais aimé penser à un truc aussi cool".


Antoine.



23/04/2010

Du Darfour à Arras


Jean Marie Ngazuba est congolais et vit en France depuis perpet'. Il a hébergé et aidé des centaines de migrants africains (principalement venus du Darfour) dans leurs démarches de demande d'asile. Il a écrit un livre où il en parle mieux que moi. La photo en couverture est un portrait de lui que j'ai réalisé il y a environ 4 ans.


Arras = pas Paris = Campagne = nature = bestiole.


Aurélien.





19/04/2010

Keith Davis Young


C'est le début des vacances pour certains et la fin pour les autres. Le nuage de cendres du volcan islandais Eyjafjöll pourri les vacances des premiers et rallonge celles des autres. J'ai lu un statut génial sur Facebook : "T'es parti combien de temps à NY ? Bah 6 mois...", dommage qu'il ne me concerne pas.
À défaut d'être bloqué de l'autre côté de l'Atlantique je voyage de blog en blog, d'un pays à un autre, au rythme de ma connexion haut débit. J'ai fait une pause au Texas grâce à Keith Davis Young, et vous devriez faire pareil.


Aurélien.





14/04/2010

Les industries pharmaceutiques et Stéphane Guillon veulent manipuler l'ADN d'Hortefeux pour enfin devenir les maîtres absolus de l'univers.

Vous aussi vous pensez que Elvis n’est pas mort mais qu’il a été envoyé sur la lune par la CIA, que Obama est un cyborg dirigé depuis la zone 51 par Mickael Jackson, qui en fait est noir… Vous avez adoré le film qui démontrait que le 11 septembre n’avait pas eu lieu, et vous vous demandez encore si la NASA est allée sur la lune. Vous êtes sans cesse à la recherche de la faille qui prouve que les Illuminati contrôlent le monde, mais vous êtes un gros faignant sans imagination, et pourtant vous voudriez crier au complot pour faire parler de vous et vous faire un max de thune ? Pour vous le site Street-Press vient de lancer son générateur de complots 2.0, qui vous permettra en un seul clic de créer de toute pièce un nouveau complot mondial. Il ne vous reste plus qu’à le lâcher sur la toile assorti d'une vidéo Youtube bidonnée et vous voilà célèbre !

Juste pour rire quelques exemples de complots :

« Le FBI et Ronald McDonald veulent ressusciter Carlos (le terroriste pas le chanteur) pour faire une blague à un pote. »

« Les Illuminatis et le Mossad veulent diffuser en boucle le dernier album de Carla Bruni pour enfin contrôler le marché mondial du gruyère. »

Et rien que pour centtrentecinq, j’ai levé un complot d’une ampleur sans précédent (sans l’aide du générateur):

« Jesus-Christ ne serait pas le fils de Dieu, mais seulement une invention d’une bande de tarés avide de pouvoir et de petit garçons.

Je crois que celui la, il va faire du bruit.

Adrien